Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Passeur de mémoire, Fragment d'histoire

Passeur de mémoire, Fragment d'histoire

Sauvegarde et transmission du patrimoine : Nos domaines d’activité sont extrêmement variés : muséographie, scénographie, communication et marketing culturel, web-design, recherches documentaires et archivistiques, rédaction de contenus…

Le 2ème régiment d'infanterie en 1917

 

1917

Bois de CHAULNES-TILLOLOY

 

Après un mois d’exercices, le régiment se rapproche peu à peu des lignes, et, le 10 mars, il occupe le secteur de Tilloloy.

Une attaque s’y prépare ; mais, dans la nuit du 15 au 16, les Allemands ayant abandonnés leurs positions, la poursuite commence.

Verpilliere, Margny-Aux-Cerises sont occupés d’abord, puis ce sont Libermont, Aubigny, Ognolles, Ollezy.

Après trois jours de marche, nous sommes près de Saint-Quentin et avons avancé d’une vingtaine de kilomètres.

Le 22 mars, Le General ANTHOINE fait part aux troupes du 10e corps d’armée de sa grande satisfaction, et leur adresse tous ses remerciements pour leur brillante conduite.

Le lendemain, le général commandant la 20e division d’infanterie porte à la connaissance de tous, l’ordre suivant :

 

« En leur transmettant les félicitations du général commandant la 20e division tient à exprimer aux troupes qu’il a l’honneur de commander sa reconnaissance affectueuse de l’effort qu’elles viennent de faire avec l’entrain, la bonne humeur et le dévouement qui les caractérisent ».

Signé : HENNOCQUE

 

 

LA CHAMPAGNE- CORNILLET – BOIS DE LA GRILLE- VERDUN

 

Après trois semaines de marche, le régiment arrive en CHAMPAGNE.

L’offensive du 16 avril doit être reprise et le 2e régiment est chargé d’attaquer en direction de Nauroy (nord-ouest du Mont Cornillet).

Le 30 avril, à midi 40, le 3e bataillon, dans un élan admirable, part à l’assaut des organisations ennemies. A peine sorti, il a à subir les feux de mitrailleuses qui, des cornes du bois de la Grille, balayent toute la plaine.

La progression des 9e et 11e compagnies en est sérieusement retardée.

Le Lieutenant AUBER, commandant la 11e compagnie, est tué en tête de son unité.

Le Sous-lieutenant SAUTET (9e compagnie), atteint d’une balle à l’abdomen, continue, malgré ses blessures, à encourager ses hommes.

Pendant les trois heures que dura son agonie, il refusa de se laisser transporter par les brancardiers, ne voulant pas exposer des hommes inutilement « puisqu’il a son compte ».

L’Aspirant NOËL, découvrant l’emplacement de la mitrailleuse qui décime sa section, fait coucher ses hommes, et seul, revolver au poing, se précipite sur les mitrailleurs ennemis, en tue trois, mais tombe à son tour, frappé mortellement, au moment où sa section : électrisée par son exemple, bondissait en avant pour le rejoindre.

Après plusieurs heures d’une lutte à la grenade, tous les îlots de résistance sont réduits et le Bois De La Grille est presque entièrement conquis.

Il doit l’être totalement quelques jours plus tard par Les 1er Et 2e Bataillons.

Après Trois Semaines De Repos Aux Environs De Châlons-sur-Marne, A Vouzy et à CHAINTRIX, le 2e régiment d’infanterie est dirigé sur Verdun le 16 juin 1917.

La 20e division d’infanterie entreprend les travaux de préparation de l‘attaque, qui se déclenche le 20 août.

 

Le général commandant la 123e division adresse, le 27 août, la lettre suivante au General HENNOCQUE :

« Avant de descendre de secteur, je tiens à remercier au nom de ma division la 20e division pour la part qu’elle à prise à la préparation de notre succès et la participation effective et très efficace de ses mitrailleuses.

Nous avons tous reconnu la grande somme de travail donnée pour les postes de secours, postes de commandants, boyaux et tranchées de départ

Avec la pluie diluvienne et le bombardement incessant, je déclare que personne n’aurait pu mieux faire »

 

Le 27 août, le régiment relève le 55e d’infanterie dans le secteur de Samogneux-cote 344.

Non seulement il faut organiser défensivement la position, mais surtout briser tout retour offensif de l’ennemi.

Les bombardements incessants, l’absence d’abris rendent la situation très périlleuse.

Le 9 septembre, après une courte préparation d’artillerie très violente, l’ennemi attaque la cote 344. Un instant ; il croit son succès acquis, mais le 2e bataillon, dans une contre-attaque aussi énergique que rapide, reprend la position un instant compromise tuant nombre d’ennemis et faisant plusieurs prisonniers.

Le Général GUILLAUMAT, commandant la XIème armée, et le Général DE FONCLARE, commandant le 10er corps d’armée, adressent aussitôt leurs félicitations pour la façon brillante dont la puissante attaque avait été repoussée :

« Je suis heureux, ajoute le General HENNOCQUE, de joindre mes affectueux compliments pour la rapidité de décision des chefs de tous grades et la bravoure des exécutants.

Fantassins et artilleurs, travaillant en étroite union, vous avez en quelques heures brisé l’effort ennemis et rétabli intégralement la situation avant que le Boche ait pu se ressaisir.

Il y à un an, le 4 septembre 1916, la 20ème division se couvrait de gloire en enlevant d’un élan superbe le Village De Chilly puissamment organisé, les solides positions du Bois Browning et du Bois Frederic, faisant 1.550 prisonniers.

Depuis vous n’avez cessé de lutter ou de préparer la lutte dans le secteur du BOIS DE Chaulnes, dans le secteur de Tilloloy, où vous avez eu l’honneur d’être les premiers à talonner l’ennemi ; en Champagne, vous avez largement contribué à la prise du Cornillet, en arrachant de haute lutte Le Bois De La Grille à des troupes particulièrement solides.

A Verdun, après deux mois de périlleuses approches et de pénibles travaux, vous venez dans un secteur encore inorganisé, de repousser une puissante attaque, montrant une fois de plus que les troupes de la 20e division sont aussi solides dans la défense que brillantes à l’attaque.

La France vous en remercie.

Signé : HENNOCQUE

 

Le 16 octobre, le régiment part au repos aux environs de Vitry-le-François, et le 7 novembre, il occupe le secteur Des Eparges, jusqu’au 1er mars 1918.

 

LIRE LA SUITE :

1914 - 1915 - 1916 - 1918 - les hommes du 2ème RI -

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article