Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Passeur de mémoire, Fragment d'histoire

Passeur de mémoire, Fragment d'histoire

Sauvegarde et transmission du patrimoine : Nos domaines d’activité sont extrêmement variés : muséographie, scénographie, communication et marketing culturel, web-design, recherches documentaires et archivistiques, rédaction de contenus…

Le 166ème regiment d'infanterie : Combat d'Étain (25 août 1914)

Dès le 30 juillet, trois jours avant la déclaration de guerre, le 166e est en campagne. Il fait partie de la défense mobile de Verdun et débute par des travaux d'organisation aux pieds des Hauts de Meuse, dans le secteur d'Haudiomont, à Eix-Abaucourt. Puis il entre dans la lutte. C'est le 25 août ; la bataille de Belgique bat son plein. Il s'agit, par une manœuvre offensive habile, de retarder le passage de la Meuse par les Allemands. Le 166e reçoit la mission de refouler l'ennemi qui s'est très fortement installé dans les carrières de Béhaut et menace Étain.

A 2 heures de l'après-midi, nous débouchons de la petite ville. Le colonel JACQUOT se met à la tête de son régiment et en déploie les compagnies avec une aisance et un sang-froid qui font demander : « Sommes-nous à la parade ou au combat ?»

La manœuvre réussit parfaitement. Les lignes de tirailleurs progressent sous la pluie des balles et des obus; l'ennemi, délogé de sa position, est contraint de se retirer. Hélas ! La joie de ce premier combat, ou plutôt de ce premier succès, était endeuillée par une perte immense. Le colonel JACQUOT était tombé, au milieu de ses hommes, foudroyé par une balle qu'il recevait debout, face à l'ennemi, une cigarette à la main. Du moins, le nom de ce grand chef et le souvenir de son héroïque trépas resteront gravés en traits ineffaçables dans les annales du régiment.

La croix de la Légion d'honneur fut décernée au lieutenant LE BIHAN et au sous-lieutenant DUSSEAU, et la Médaille militaire au médecin auxiliaire BERTHAULT. Au soir du 25 août, un ordre du général commandant la 72e division ramenait le 166e sur sa position d'Haudiomont où les journées se passent en patrouilles et embuscades.

Pertes : 4 officiers dont le colonel, 9 sous-officiers, 153 hommes.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article