Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Passeur de mémoire, Fragment d'histoire

Passeur de mémoire, Fragment d'histoire

Sauvegarde et transmission du patrimoine : Nos domaines d’activité sont extrêmement variés : muséographie, scénographie, communication et marketing culturel, web-design, recherches documentaires et archivistiques, rédaction de contenus…

1812, fin d’une époque de la conscription

Dans l’histoire de la conscription de l’époque consulaire et impériale, 1812 confirme les tendances apparues à partir de la fin de 1806 et en 1807 : les révoltes ouvertes contre la conscription s’atténuent, l’insoumission diminue, l’institution paraît mieux acceptée. Le « système conscriptionnel » est entré dans une phase d’équilibre. Mais cet équilibre demeure précaire, bien des signes l’attestent encore en 1812, et la soumission des populations est due davantage au perfectionnement répressif de la « machine conscriptionnelle » qu’à une adhésion envers l’institution, du moins dans les zones rétives envers celle-ci. Mais le régime se fie au bon fonctionnement apparent du système et Napoléon en 1812, au lieu de s’en tenir à une attitude prudente et à des exigences mesurées, revient à la pratique des détournements de la loi Jourdan, qui lui permettent de « puiser à volonté » dans le vivier d’hommes que lui offre la conscription. Ces dérives contribuent à l’usure du système que révèlera le second semestre de 1813 au cours duquel volera en éclats le très fragile consensus qui était né sept ans auparavant.

Mots-clés : 

 Grande Arméestratégieconscription

Référence électronique

Annie Crépin , « 1812, fin d’une époque de la conscription », Revue historique des armées267 | 2012, [En ligne], mis en ligne le 09 mai 2012. URL : http://rha.revues.org/index7449.html.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article